GIRAFE N°54 Mars 2020


A la une... En raison du contexte actuel lié au Covid-19...

Les bureaux de la Prévention de l’ANPAA en Hauts de France sont fermés, les salarié.es de l'équipe maintiennent une activité en télétravail et restent joignables via leur adresse mail ou sur prevention.hautsdefrance@anpaa.asso.fr

Les Centres de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) assurent la continuité des soins en vous proposant de nous contacter par téléphone afin de convenir d’un entretien téléphonique avec les professionnels du CSAPA. Les prescriptions médicales sont assurées par les médecins des CSAPA. Pour joindre nos CSAPA en Hauts de France, cliquez ici. Et les Appartements de Coordination Thérapeutique (ACT) assurent la continuité des soins et une présence des professionnels auprès des résidents accueillis.

Pour joindre la Direction régionale : anpaa80@anpaa.asso.fr

Nous vous rappelons les services d'aide à distance en matière d'alcool et de dépendance Alcool Info Service (0 980 980 930) et Drogues Info Service (0 800 23 13 13) répondent à vos appels 7 jours sur 7 de 8h à 2h.

Les circonstances actuelles nous amènent également à reporter la journée régionale d’échanges de pratiques « Périnatalité et Addictions » qui devait avoir lieu le 30 mars à Amiens. Nous remercions les 140 participants inscrits et les 30 intervenants qui se sont mobilisés et nous espérons vous retrouvez aussi nombreux.

L’équipe de rédaction va s’attacher à continuer la publication du GIRAFE. Si vous aussi télétravaillez, peut-être souhaitez-vous prendre le temps de communiquer sur vos actions de prévention que vous menez auprès de vos usagers et sur les modalités d’accompagnement de votre équipe et ainsi partager vos expériences. Nous sommes à votre disposition. N’hésitez pas ! Contactez nos chargés de prévention.

Femmes & Vulnérabilités...

La ménopause, une construction sociale...

Le Réseau Québécois d’Action pour la Santé des Femmes (RQASF) publie un article sur les représentations sociales et médicales de la ménopause : la ménopause est-elle un concept universel, pourquoi, depuis le début du XXème siècle, la ménopause est-elle si médicalisée, y a-t-il un lien entre le vocabulaire de la ménopause et celui du vieillissement et la ménopause marque-t-elle le début de la vieillesse dans toutes les sociétés ?

La lecture de l’article « Les perceptions et les mythes sur la ménopause » nous apprend que selon les cultures, notamment en Chine et en Inde, les femmes ménopausées acquièrent un statut de sagesse et de maturité, contrairement à l'Occident, où l’on tente sans cesse de repousser les effets du vieillissement, les femmes ménopausées bénéficient d’une image négative, renforcée par le fait que la ménopause est « une étape de la vie marquant le début de la vieillesseLa ménopause est alors souvent associée à une expérience pénible ». Le discours biomédical accentue cette perception négative bien que ce soit un « phénomène physiologique aussi naturel que la naissance, la puberté et les menstruations » et fait perdurer le fait d’y associer un traitement. L'article ré-affirme également que la ménopause n’est pas la fin de la féminité et de la sexualité, qu’à la ménopause, on ne devient pas folle et que la ménopause n’est pas synonyme de prise de poids, ouf ! In Les réseautées, janvier 2020

Femmes & Conduites addictives...

Consommation de substances psychoactives et orientation sexuelle

Cet article présente l’analyse des résultats de l’Enquête Pesse Gays réalisée en France en 2011 auprès d’un échantillon de 3 662 femmes et 10 171 hommes, sur la base du volontariat et de façon anonyme (questionnaire web). Les répondants ont été questionnés sur leur consommation d’alcool, de cannabis, de cocaïne, etc., sur leur orientation sexuelle, leurs caractéristiques sociodémographiques, leur fréquentation des lieux de socialisation, leur état de santé mentale et les violences subies afin de « chercher à vérifier… si les personnes ayant eu des partenaires des deux sexes au cours de leur vie ont des pratiques de consommation de substances psychoactives plus importantes que les personnes ayant des trajectoires monosexuelles ». Il en ressort que concernant :

  • La consommation de produits psychoactifs licites et/ou illicites : « Les femmes et les hommes ayant eu des partenaires des deux sexes présentent une consommation d’alcool plus importante en fréquence et en quantité que ceux qui n’ont que des partenaires de même sexe ». Et « les femmes qui se définissent comme bisexuelles ont consommé plus souvent du cannabis au cours des douze derniers mois que les lesbiennes… de même que la consommation d’ecstasy est plus fréquente » ;
  • Les lieux de socialisation : « Les femmes ayant eu des partenaires des deux sexes étaient plus nombreuses à fréquenter régulièrement les bars ».
  • La santé mentale : Les femmes lesbiennes rapportent moins de syndrome dépressif et de tentatives de suicide.
  • Les violences verbales, physiques et sexuelles : « Les femmes lesbiennes rapportent plus souvent avoir subi des injures dans les douze derniers mois et les femmes bisexuelles déclarent des rapports sexuels contraints de façon sensiblement plus fréquente que pour les lesbiennes. »

Les auteures* se sont attachées à comparer les résultats de l’enquête à ceux des enquêtes en population générale féminine, notamment au Baromètre Santé** de 2010. Ainsi :

  • « la fréquence de consommation de boissons alcoolisées apparaît assez voisine de celle de la population générale féminine qui déclare à 34% avoir une consommation d’alcool hebdomadaire, ce qui est le cas de 31% des répondantes » ;
  • « la consommation de drogues illicites est beaucoup plus fréquemment déclarée : 7% des femmes en population générale déclarent avoir consommé du cannabis au cours de l’année écoulée, contrairement à 37% des répondantes ».

Et les auteures soulignent que « la bisexualité comportementale semble présenter plus de risques de consommation de substances psychoactives, surtout pour les femmes » et que c’est un enjeu important de santé publique que « de questionner le lien d’une surconsommation des personnes non hétérosexuelles. Drogues, santé et société, vol.17,n°2, octobre 2018

*Annie VELTER, Chargée de projets scientifiques, Doctorat en Santé Publique, Direction de la Prévention et de la Promotion de la Santé, Santé Publique France ; Marie-Josèphe SAUREL-CUBIZOLLES, Chargée de Recherche, épidémiologiste, Doctorat en Sciences Sociales de la Santé, INSERM, Equipe EPOPé et Brigitte LHOMOND, Chargée de Recherche, sociologue, CNRS Equipe Triangle.

**Enquête réalisée par Santé Publique France, anciennement INPES (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé)

Périnatalité & Conduites addictives...

Tabagisme foetal... enfant et adolescent en surpoids ?

Addict’Aide publie dans la 29ème édition de sa newsletter scientifique les résultats d’une étude parue dans le journal Drug Alcohol Dependance mettant en relation la consommation de tabac des femmes pendant la grossesse et surpoids des enfants et des adolescents. L’étude a mis en évidence « que l’effet augmente à chaque cigarette consommée entre 1 et 15 cigarettes, puis se stabilise après 15 cigarettes par jour » et ce quel que soit le sexe de l’enfant et de l’adolescent. Une information qui peut être « utilisée à visée motivationnelle, avant ou pendant la grossesse » auprès des femmes. L’auteur rappelle que d’autres facteurs tels que l’hérédité, les psychopathologies maternelles et de l’enfant, etc. influent sur les troubles des conduites alimentaires. In Addict'Aide, 10 janvier 2020

Lecteurs du Girafe, qui êtes-vous...

A ce jour, 417 abonnés reçoivent le Girafe. L’inscription en ligne nous permet pour la deuxième année consécutive de réaliser un « état des lieux » ce qui apporte une visibilité du rayonnement géographique de notre publication, de la catégorisation professionnelle et du domaine d’activité de nos abonnés.

En voici les principales caractéristiques...

  • 64% des lecteurs sont originaires des départements du Nord et du Pas-de-Calais (ex Nord-Pas-de-Calais) ; 24% sont originaires des départements de l’Aisne, de l’Oise et de la Somme (ex Picardie). En 2018, 71% des lecteurs étaient issus de l’ex Nord-Pas-de-Calais. Cette évolution est en lien avec l’augmentation du nombre d’abonnés des territoires de l’ex Picardie (+ 34 nouveaux abonnés).
  • Concernant les secteurs d’activité des abonnés, il n’y a pas d’évolution des profils. Comme en 2018, près de 20% travaillent dans les domaines sanitaire et socio-éducatif, près d’un tiers des abonnés travaillent dans le domaine médico-social et environ 30% des abonnés ont une activité de type « chargé de projet, de mission et de coordination ».
  • Les professionnels qui travaillent dans le champ de la périnatalité travaillent également dans le champ de la parentalité et vice-versa. Par contre les professionnels qui travaillent dans le champ de l’addiction travaillent exclusivement dans le celui-ci, tout comme les professionnels qui travaillent dans le champ de la promotion de la santé et de la petite enfance.

Cet état des lieux nous permet donc de confirmer que la diffusion de notre publication vers les départements de l’Aisne, l’Oise et la Somme est en réel développement, qu’une grande variété de professionnels (psychologue, médecin, sage-femme, animateur de prévention, éducateur, travailleur social, etc) du domaine de la santé et de l’accompagnement se mobilise pour la prévention des conduites addictives des femmes et de leur accompagnement.

Agenda...

« Prévention, accompagnement et soins en addictologie : la place incontournable de l'entourage », jeudi 14 mai 2020, Paris Report en novembre

Suite à la publication en 2019 du Guide Repères « Conduites addictives – Travailler pour et avec les personnes de l’entourage », l’ANPAA organise une journée dédiée à la place de l’entourage dans le champ des addictions en matière de prévention, d’accompagnement et de soins. Publics : professionnels, personnes en difficultés avec leurs conduites addictives et l’entourage. Au programme : témoignages, intervention d’experts en neurosciences et épigénétique, présentation de programmes prometteurs et probants... Découvrir le programme